Vendredi 6 septembre 2019 - 20h30

Le TRIO ROSENBERG invite LUDOVIC BEIER

Trio Rosenberg Jazz Manouche

Stochelo Rosenberg est né aux Pays-Bas en 1968, date à laquelle fut créé le festival Django Reinhardt à Samois-sur-Seine, depuis peu transféré à Fontainebleau, ce qui fait dire à Stochelo : «  ce n’est plus pareil, Samois était le village où a vécu et où est mort Django ! »

 

L’oncle et le père de Stochelo lui apprennent la guitare, mais c’est en écoutant Django et en repiquant ses phrases qu’il progresse, et il devient très vite un excellent guitariste au jeu subtil d’autodidacte inventif. Il a fait une apparition surprise à Samois-sur-Seine en 1989 et, alors qu’il n’était pas programmé, il monte sur scène et remporte immédiatement un très grand succès qui ne s’est jamais démenti. Il joue le plus souvent avec ses cousins Nous’che à la guitare rythmique et Nonnie à la contrebasse. (lui s’est acheté une vieille Selmer n° 504, Django jouant sur la mythique 503…). 15 albums sont enregistrés, le trio joue avec Stéphane Grapelli qui a « adopté » les 3 manouches et les promène sur les grandes scènes du monde entier. Puis il y a des rencontres magnifiques, avec Bireli Lagrène, Romane*. Son jeu demeure celui d’un guitariste époustouflant, d’un virtuose élégant, au vibrato plein d’émotion. La communauté manouche le considère comme le dépositaire du génie de Django.

 

* À de nombreuses reprises Jazzabar a donné la parole à la musique manouche, sans doute le seul style de jazz européen. Tcha Linberger, Romane, Adrien Moignard, Noé Reinhardt, Angelo Debarre, pour ne citer qu’eux, se sont produits à Bar.

Focus : en avril 2017 sortit le film Django. Le Trio Rosenberg s’est imposé comme « la solution naturelle » pour évoquer le style du maître, parce qu’il est référencé comme la « quintessence du style manouche ».

 

LUDOVIC BEIER

udovic Beier

La carrière de ce musicien français est extraordinaire, parce qu’il est connu internationalement, des Etats-Unis au Japon, et qu’il a fréquenté des artistes de premier plan. C’est en 2006, au Carnegie Hall de new York, que le célèbre harmoniciste belge Toots Thielemans l’invite à partager cette scène mythique avec ses amis Herbie Hancock et Eliane Elias. Ludovic se rendra très fréquemment aux USA où il jouera, entre autres, avec Melody Gardot et Patti Austin. En France, il travaille avec un certain guitariste manouche avec lequel il enregistre 5 albums : Angelo Debarre (de Bar sur Aube l’année passée…). En 2007, il est l’invité du Trio Rosenberg à Marciac (Jazzabar et Marciac, double consécration !) Vous assisterez aux retrouvailles qui promettent de merveilleux moments.

 

NB : sachez que Ludovic Beier joue d’un accordéon numérique aux étonnantes possibilités, ainsi de l’accordina, instrument hybride entre l’accordéon et l’harmonica.